Bâches acoustiques pour réduire le bruit sur les chantiers

Bâches acoustiques : l’équipement indispensable pour réduire le bruit sur les chantiers et limiter la pollution sonore

De gros chantiers de rénovation ont été lancés ces dernières années dans la capitale et ailleurs, à l’image de La Samaritaine ou des travaux neufs pour le Grand Paris. Impliquant des travaux conséquents, ces projets réalisés sur plusieurs années peuvent vite devenir gênants pour leur environnement si leur protection acoustique et visuelle est négligée. Pourquoi ne pas anticiper les plaintes dès le début du chantier grâce à la pose d’une bâche ?

L’incontournable problématique du bruit sur les chantiers

La question du bruit sur les grands chantiers est une problématique récurrente dans le bâtiment et les travaux publics. Pendant les phases de démolition, de reconstruction ou encore de ravalement de façade, l’intervention d’engins de chantier bruyants est malheureusement indispensable.

Mais le balai des démolisseurs, pelleteuses et autres compresseurs, ajouté à une circulation incessante, peut vite se transformer en calvaire pour la vie du quartier. D’autant plus dans les environnements urbains où le bruit peut considérablement gêner les passants, les habitants et les professionnels implantés dans le secteur.

Prenons l’exemple du chantier de la Samaritaine situé au cœur de Paris, en pleine rue commerçante jouxtée d’immeubles d’habitation et de bureaux. La rénovation prévue sur trois ans s’étend sur une surface de 70 000 m², nécessitant une réhabilitation profonde du bâti. Sur ce projet imposant, des bâches acoustiques ont donc été posées sur l’intégralité des façades pour réduire l’impact des bruits de chantier sur l’environnement.

Mettre en place une protection phonique sur un chantier

Pour gérer l’acoustique d’un chantier, il est possible d’installer autour du bâtiment une bâche de protection visant à réaliser un écran phonique ponctuel. Le textile utilisé pour l’isolation phonique est composé de 3 couches de matériaux souples :

  • une toile PVC en face arrière ;
  • une grille PVC en face avant ;
  • entre les deux, un isolant acoustique d’épaisseur et de nature variable selon les besoins.

Cette solution d’isolation acoustique peut être assez facilement fixée sur un échafaudage et sur des barrières. À défaut, on peut aussi construire une structure adaptée au bâtiment pour tenir la bâche. Quelle que soit la méthode retenue, les textiles d’isolation phonique permettent d’absorber les bruits et de réduire les nuisances de 20 dB ou plus, selon l’isolant choisi. Une diminution considérable, sur des volumes sonores pouvant aller jusqu’à 100 dB !

Dans les environnements passants ou en secteur protégé, la bâche peut même s’habiller d’un motif en trompe-l’œil pour cacher le chantier : une publicité grand format ou une reproduction des façades embellit ainsi les surfaces de travaux. C’est le choix qui a été fait sur le chantier de la Samaritaine : en plus des bâches acoustiques, des toiles imprimées ont été installées pour masquer la façade pendant les travaux de façon esthétique.

D’autres solutions verront bientôt le jour, notamment des murs anti-bruit composés d’un complexe de tôle et de toile acoustique.

Quoi qu’il en soit, mieux vaut prévenir les difficultés par la pose d’une bâche acoustique avant le début du chantier plutôt que d’avoir à gérer les plaintes de riverains pendant les travaux. À bon entendeur, Bâches de France est là !

Crédit photo : Bâches de France